À l’ère du rapprochement avec la nature, les produits écologiques connaissent un essor sans précédent. En prenant le contrepied des traditionnelles substances chimiques, de tels produits ouvrent la porte à une alternative éco-responsable. Les secteurs industriels ne sont pas en reste, qui en profitent également. Quels sont donc les diluants d’origine naturelle, pourquoi les utiliser et quel est leur impact sur l’environnement ?

Le règne du végétal mis à l’honneur

Essences de conifères, agrumes et consorts se proposent comme une possible option, en lieu et place de l’acétone, du white spirit et autres produits issus de l’industrie chimique. Parmi ces substituts végétaux, le terpène d’orange est très « prisé ». Classé parmi les hydrocarbures, son principal composant est le D-limonène. Il s’agit du constituant naturel de certains arbres ou plantes, fruits et légumes tels que : orange, citron, céleri, cornichon, etc. On retrouve ainsi le d-limonène dans les pelures d’agrumes et dans plusieurs huiles essentielles, comme l’huile d’orange par exemple.

Mêmes vertus que les dissolvants chimiques

Le terpène d’orange est utilisé entre autres comme agent dégraissant pour les métaux et machineries, principalement dans les industries de l’imprimerie et de l’électronique. Son caractère dégraissant et nettoyant tout à la fois permet de s’en servir dans le cadre du simple entretien ménager : ses propriétés odoriférantes constituent une note agréable que le white spirit et produits similaires ne possèdent pas, en revanche ! Mentionnons aussi sa qualité de solvant dans certaines peintures, lasures et produits écologiques pour la finition du bois. En outre, il faut encore citer sa qualité de produit décirant, dégoudronnant et même dégrippant pour les pièces métalliques corrodées par la rouille. Parmi les substances que l’on obtient à partir d’éléments végétaux, se trouve aussi l’essence de térébenthine. Cette oléorésine est issue de la distillation par vapeur d’eau de la résine des pins européens. Elle est chargée des mêmes propriétés diluantes et nettoyantes que le terpène d’agrumes susmentionné. Dans un registre différant quelque peu, citons la glycérine végétale : très efficace pour dissoudre les acides minéraux notamment, elle est fréquemment utilisée dans les produits cosmétiques et la conservation alimentaire.

Des retombées positives pour la biodiversité

Pourquoi préférer les produits naturels pour nettoyer ses outils, faire le ménage chez soi, ou pour traiter des surfaces à peindre ? Parce que les produits brièvement évoqués ci-dessus ont l’avantage d’être biodégradables. Il n’est pas besoin de procéder à un traitement du terpène ou de la térébenthine avant de s’en débarrasser, contrairement aux nettoyants issus de l’industrie pétrolière qui nécessitent d’être traités avant d’être jetés. Les essences naturelles ne risquent pas de se transformer en déchets polluants qui mettraient en danger la faune et la flore. Afin de dissiper d’éventuelles réticences, il faut bien savoir que les arbres résineux rejettent chaque année, à l’état brut, plusieurs tonnes d’essence de térébenthine dans la nature : elle ne pollue pas du tout !